Anne-Elodie Bonin, ancienne du Master Transport, mobilité et environnement

Après une maîtrise de Géographie Aménagement du Territoire en 2004, Anne-Elodie intègre en 2008 un Master Transport Mobilité Environnement à l’uB. Depuis 2008, elle est responsable de Marketing chez Keolis Nevers, un réseau du Groupe Keolis, leader du transport public de voyageurs en France.

En quoi consiste votre travail ?

Mon travail au sein de Keolis consiste à déployer la politique marketing et commerciale du réseau (promotion des tarifs et produits, information clients, organisation d’événementiel et partenariats), effectuer le suivi et l’analyse des recettes commerciales. L’attrait de ce métier réside dans les échanges avec l’autorité organisatrice sur l’évolution et l’amélioration de l’offre transport mise en place. Le management fait également partie de mon quotidien avec l’encadrement des personnes en agence commerciale. C’est un travail très enrichissant et motivant par la variété des missions qui me sont confiées.

Qu’est-ce qui vous passionne dans le métier que vous exercez ?

Les métiers du transport sont nombreux. Je me suis spécialisée dans le transport de voyageurs, ce qui me permet d’être au service des autres et de faire le maximum pour leur offrir le service de transport adapté à leurs besoins. Je travaille aussi en partenariat avec les salariés de l’entreprise, que ce soit les conducteurs, les agents de maîtrise pour améliorer chaque jour notre offre mais aussi avec l’autorité organisatrice afin de répondre au mieux à ses besoins.

Comment avez-vous trouvé cet emploi ?

L’année de master se conclue par un stage de 6 mois en entreprise. Jai effectué mon stage au sein d’un réseau de transport urbain au service Etudes. Cette expérience a été essentielle afin de mieux savoir vers quel métier du transport je souhaitais me diriger. Le marketing est arrivé en tête, et l’offre d’emploi à Nevers correspondait à mon profil. La motivation pour ce poste polyvalent a été essentielle et mon expérience en tant que vendeuse en CDI étudiant pendant cinq ans a été un plus.

Avec le recul, quel regard portez-vous sur la formation que vous avez suivie ?

Le stage m’a permis de mettre en valeur les compétences acquises lors de ma formation et de développer l’assurance nécessaire pour entrer dans la vie active. Cette formation m’a aussi offert des perspectives d’emploi intéressantes dans des domaines variés du transport.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes diplômés dans leurs démarches d’insertion ?

J’en donnerais surtout un : il faut qu’ils privilégient le stage qui leur permettra vraiment de construire une première expérience professionnelle dans leur domaine d’étude !

[Propos recueillis par Aurélie Ratajski et Sébastien Pitoizet Master euromédias]