Myriam Devaux, ancienne du Master Ingénierie en documentation d'entreprise, réseaux et images

Entretien avec Myriam Devaux, ancienne étudiante en Master professionnel « Ingénierie en documentation d’entreprise, réseaux et images » ( IDERI ), devenue chargée de l’accompagnement au changement sur une application collaborative au sein de la société Thalès, en région parisienne.

Quel est votre parcours universitaire ?

Ma formation est très variée. Après avoir fait un DUT physique et un DUT Info/Com à Besançon, je suis partie un an aux Pays-Bas en programme Erasmus, pour étudier la communication internationale. A mon retour, j’ai intégré la Licence et le Master 1 IDERI, option information, à Dijon. Cela m’a conduite au M2 Gestion des connaissances, toujours à l’IUP.

Qu’est-ce qui vous a plu dans cette formation ?

Ce qui m’a plu, c’est la mise en pratique des cours par des projets concrets et des films ! Je retiens surtout les cours de gestion de projets, qui m’ont vraiment servis dans mon stage chez Areva et dans mon travail. La théorie et le stage de 6 mois sont complémentaires et fournissent une très bonne expérience. C’est un diplôme complet qui nous permet de rencontrer des intervenants professionnels.

Quel est votre emploi actuel ?

Je travaille au sein de l’entreprise Thalès à Rungis. Cette société développe ses activités dans les secteurs de la défense et de l’aéronautique. En étant chargée de projet, j’ai la chance d’avoir un rôle plutôt diversifié. J’accompagne le personnel dans le changement et le déploiement d’une application de travail collaboratif.

Comment avez-vous trouvé votre premier emploi ?

Stagiaire chez Thalès, une étudiante du master a transféré une proposition de CDD par mail à toute la promotion. J’ai été la seule à répondre à cette offre et seulement une semaine après la fin de mon stage, j’étais prise en CDD pour un an. Je reconnais que c’est un gros coup de chance !

Qu’est ce qui vous passionne dans votre métier ?

Ce qui me plait vraiment dans ce métier c’est d’être en contact quasi permanent avec d’autres personnes. Je ne me voyais pas travailler enfermée dans un bureau, triant des papiers. Ce travail d’accompagnement a un aspect plus concret. Je suis actuellement en CDD d’un an ce qui est pour moi un avantage, puisque je désire m’installer à l’étranger à la fin de mon contrat. Et travailler pour Thalès, il faut le souligner, ne sera pas un élément superflu dans mon CV.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes dans leurs démarches d’insertion ?

Un seul mot d’ordre : lancez-vous et multipliez les candidatures ! Pour les étudiants en gestion des connaissances, visez les très grandes entreprises, qui ont vraiment besoin de ce type de compétences, plus que les PME. Je conseille aussi de garder les contacts des différents stages et de postuler dans les grandes villes, voire à l’étranger.

[Propos recueillis par Pauline Hohoadji et Marine Grandmottet Master euromédias]