Pierre Guyon, ancien du DUT GACO

Après un IUT GACO – Gestion Administrative et Commerciale, Pierre Guyon a rejoint le secteur bancaire. Il raconte son passage à l'uB et la façon dont il a décroché son premier emploi.

Quel a a été votre parcours ?

J’ai obtenu un bac général économique et social et j’ai enchaîné avec un IUT GACO – Gestion Administrative et Commerciale de 2003 à 2005 à Dijon. J’ai poursuivi par la filière AES mais je n’ai pas pu entrer directement en Licence. Je me suis donc inscrit en 2ème année. Je dois dire qu’assez rapidement, le côté IUT sympa et encadré où on connaît les profs m’a tout de suite manqué, cela me correspondait mieux. Je n’ai pas validé cette année car j’ai trouvé un emploi entre-temps !

Pourquoi avoir choisi cette spécialité de formation ?

Je n’ai jamais vraiment eu d’idée précise de ce que je voulais faire plus tard. Mais ayant la fibre plus économique que scientifique, j’ai postulé après le bac dans divers BTS et IUT y compris le DUT GEA et le DUT GACO. Je n’ai pas été pris en GEA, mais en GACO qui était mon deuxième choix… Et cette filière m’a beaucoup plu ! Le côté IUT déjà avec des classes réduites où on connait bien les gens et les matières enseignées aussi comme la compta, la logistique ou le français, … On avait aussi  bien des enseignants traditionnels du public que des professionnels, des gens qui sont dans la réalité du travail, et ça, c’était vraiment très intéressant.

Quel emploi occupez-vous actuellement ?

J’ai été recruté en CDI en 2006 par la Banque Populaire. Aujourd’hui je suis conseiller de clientèle professionnel à la Banque Populaire de Paris, place Bastille.
 
Cela va faire 7 ans que je suis dans la même banque mais j’ai eu des postes différents. Lorsque je suis rentré en 2006, j’ai d’abord été 3 mois en plateforme téléphonique, puis à l’accueil. Ces différentes étapes étaient comprises dans le programme de formation qui m’ont permis d’atteindre le poste de conseiller clientèle particulier, c’était très formateur !  
 
J’ai ensuite occupé 3 postes de Conseiller particulier : 2 en Bourgogne Franche Comté, j’avais des portefeuilles de plus en plus haut de gamme. Puis en 2010 pour des raisons familiales, j’ai demandé mon rapprochement sur Paris.
 
J’ai obtenu une mutation groupe et suis arrivé sur un poste de conseiller particulier à la BRED de Paris jusqu’en août 2012. Et tout dernièrement, j’ai évolué vers un poste de conseiller professionnel en septembre 2012.  

Comment avez-vous fait pour trouver cet emploi ?

En 2006, j’ai bénéficié de mon réseau, un membre de ma famille a fait passer mon CV et ma lettre de motivation à la Banque Populaire Bourgogne. J’ai décroché un entretien assez rapidement, qui s’est bien passé. En 2006, les banques recrutaient énormément, j’ai bénéficié de la conjoncture de l’époque : beaucoup de départs en retraite et donc de recrutements de jeunes en CDI.
 
Pour le recrutement, on m’a d’abord demandé, avant même de rencontrer le recruteur de répondre aux questions d’un test. Il s’agissait d’un test psychologique pour essayer de comprendre ma personnalité.
 
Et ensuite l’entretien en lui-même : le chargé de recrutement était très sympa, on a discuté de ce que je souhaitais faire, il m’a beaucoup présenté la Banque. Il m’a aussi demandé mes qualités et mes défauts. On a été 10 à être embauchés en même temps sur la plateforme téléphonique.

Quelles sont les démarches ou les techniques importantes à connaître pour réussir sa recherche d’emploi à votre avis ? De quels outils vous êtes vous aidé ?

Le réseau ! Le côté relationnel ! Aujourd’hui je me rends compte que les réseaux familiaux, les anciens collègues, anciens camarades de facs, c’est bien plus important que faire les petites annonces et partir tête baissée.
Je ne les utilisais pas à l’époque, mais les réseaux sociaux professionnels sont à mon avis une bonne piste !

Quels sont les éléments de votre parcours que vous avez le plus valorisés dans vos candidatures (formation, stages, expériences, activités personnelles, etc) ? Pourquoi ?

Mon sens du relationnel, c’est une qualité qu’on me donne !
 
Je suis assez curieux de nature et dans l’emploi que j’occupe aujourd’hui c’est primordial d’avoir un bon contact avec les clients. A l’époque c’est ce que j’avais valorisé !
 
Concernant ma formation, le recruteur m’a dit que le CV était important mais que l’envie du candidat était le plus important. A l’époque une personne de LEA [Langues Etrangères Appliquées] avait était recrutée car elle était motivée alors qu’à priori elle n’avait pas le profil.
 
Mes études généralistes m’ont également beaucoup avantagé car il y a énormément de métiers dans la banque. Je pense que ça a pesé dans la balance.
 
En stage de 2ème année, je suis allée à Montréal pendant 3 mois dans le milieu associatif. Humainement j’ai beaucoup appris, j’ai rencontré beaucoup de gens, ça m’a ouvert l’esprit sur plein de choses.
Et je savais aussi que dans le CV partir à l’étranger était un plus. Je pense que le côté "débrouillard" a aussi joué dans le recrutement !

Qu’est ce qui vous passionne dans le métier que vous faites ?

Le relationnel ! J’adore ce que je fais !  Je croise des gens tous les jours en entretiens, je suis aussi sur le terrain en rendez-vous clients.
 
On peut prendre nos RDV comme on le souhaite et prendre le temps de parler avec les clients de leurs projets.
 
Je suis maintenant conseiller client, j’ai souvent changé de métiers, la banque offre beaucoup de métiers : marketing, communication, aspect risque, et je ne m’en rendais pas compte avant d’arriver dans la banque.
 
Les évolutions possibles sont un aspect qui me plaît : côté avenir, si j’en ai marre de travailler en agence, je peux demander à travailler au siège. On a des passerelles pour changer de métiers. Je le vois dans les gens autour de moi qui font des carrières dans la banque.
A côté de ça, on a tout de même un peu de stress avec les clients qui veulent des réponses toujours plus vite et un peu de pression de la hiérarchie, la pression des chiffres mais ce n’est pas le principal !

Quelles sont les principales compétences (techniques/humaines) qu’il faut avoir à votre avis pour ce travail ?

Relationnel et commercial. Pour le reste, beaucoup de choses s’apprennent, on a de nombreuses formations à la banque. Par exemple, j’ai commencé sur le marché des professionnels en septembre et je vais avoir des formations pendant 9 mois à  raison de 4 jours / mois. On est très entouré, on a une équipe autour de nous. On a toujours des formations pour avancer.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes diplômés dans leurs démarches d’insertion professionnelle ?

Ne pas négliger son réseau : un bon contact peut venir de n’importe où. Bien se présenter à l’entretien, avoir le sourire aussi. Je le vois avec les stagiaires qu’on reçoit surtout au guichet, on préfère les étudiants souriants …
Il y a aussi le costume cravate, incontournable à mon avis dans la banque. Aujourd’hui les choses sont plus dures qu’avant et je pense qu’il faut revenir à des règles de base, toutes simples.