Sarah Portal, ancienne de l'IRTESS

Après une licence de psychologie, Sarah Portal s'est inscrite dans la filière éducatrice spécialisée. Un vrai choix de stratégie d’orientation qu'elle nous raconte ici.

Pouvez-vous nous retracer rapidement votre parcours ? Pourquoi avoir choisi de suivre une formation à l'IRTESS ?

Après avoir obtenu un Baccalauréat Littéraire, je souhaitais m'orienter vers le métier de Professeur des Ecoles. Pour cela, à l'époque, il fallait une Licence. Très intéressée par le domaine de la Psychologie, je me suis inscrite en dans cette filière au sein de l'Université de Bourgogne.

Durant mes études, mes ambitions professionnelles ont changé : en désaccord avec les politiques de l'Education Nationale actuelles, qui demandent de prodiguer un enseignement approximatif à des classes surchargées avec des moyens financiers et humains de plus en plus restreints, j'ai compris que j'étais une personne de terrain : je voulais accompagner les personnes en difficulté au quotidien.

C'est cette prise de conscience qui m'a entrainée à changer d'orientation. Je me suis donc rendue au SIO de l'Université, détaillant mes motivations et attentes professionnelles à la Conseillère d'Orientation, qui m'a appris que le métier d'Educatrice Spécialisée me correspondrais parfaitement. A l'époque, je ne connaissais ni l'existence de ce métier, ni l'existence de l'Irtess.

Après avoir longuement détaillé cette formation, j'ai compris que le métier d'ES était fait pour moi. J'ai donc entrepris les démarches pour passer le concours d'entrée. Toutefois, je souhaitais tout de même terminer ma licence de Psychologie. J'ai obtenu la dite Licence en Juin 2011, et réussi le concours d'entrée à l'Irtess la même année. Je suis donc rentrée en formation en Septembre 2011.

Que vous a apporté cette formation à l'IRTESS ?

La formation à l'Irtess a fait de moi celle que je suis aujourd'hui. Une Educatrice Spécialisée naissante, qui construit sa propre identité professionnelles et ses propres pratiques professionnelles.

En effet, cette formation a l'immense avantage d'être en alternance : tantôt en stage sur le terrain (la formation comprend 4 stages de 8, 12, 10, et 30 semaines), tantôt en cours à l'Irtess. Nous sommes donc dans une constante alternance théorie/pratique, l'exercice consistant à faire le lien entre les deux : nous mettons en pratique sur nos lieux de stages ce que nous apprenons en théorie à l'Irtess.

Les stages sont très formateurs. Nous sommes en situation professionnelle, confrontés au différents publics avec lesquels nous sommes amenés à travailler, confrontés à la réalité du métier : sa beauté, mais aussi ses difficultés, ses contraintes, ses contradictions et ses paradoxes. Nous sommes mis face à la réalité de notre métier.

Les stages nous apportent aussi l'immense avantage d'intégrer des équipes pluridisciplinaires : nous apprenons alors que l'ES n'est rien sans toutes les autres professions nécessaires à l'accompagnement des usagers. Savoir travailler en équipe est primordial. Chaque membre de l'équipe élargi est essentiel à l'accompagnement et nous devons apprendre à travailler en cohérence et qui plus est, en cohésion.

La formation théorique, quant à elle, nous apporte des connaissances essentielles, en matière de droit par exemple. En effet, nous devons être très au fait des politiques sociales actuelles : connaitre le cadre législatif, juridique, et institutionnel de son intervention est primordial.

D'un point de vu plus personnel, la formation m'a apporté une véritable ouverture conceptuelle. En effet, sortant de Licence et passionnée de Psychologie, les seules clés de lecture que je possédais étaient d'ordre clinique et analytique. La formation m'a apporté de nouveaux champs conceptuels : ceux de l'Education Nouvelle, de la Sociologie, de la Thérapie Sociale, entre autres. Aujourd'hui, j'ai plus d'outils en poche pour analyser les situations auxquelles je suis confrontée.

Enfin, la formation m'a apporté quelque chose dont je me croyais incapable : une capacité à conceptualiser ma pratique. Cette compétence est essentielle aux travailleurs sociaux qui doivent constamment se remettre en question, remettre en question leur posture professionnelle, leur pratiques professionnelles, afin de ne pas tomber dans la toute puissance et de proposer aux usager un accompagnement personnalisé le plus adapté possible.

Quel activité professionnelle exercez-vous ou visez-vous précisément ?

Je n'occupe actuellement aucun emploi, la formation n'étant pas encore terminée. J'ai encore 3 soutenances à passer, et j'aurai les résultats du diplôme le 4 Juillet. Toutefois, j'effectue des remplacements ponctuels sur mon dernier terrain de stage. Il s'agit d'une MECS, Maison d'Enfants à Caractère Social. C'est une institution qui accueille des enfants de 6 à 16 ans, qui ont été placés soit sur décision du Juge pour Enfants, soit par contrat entre les parents et l'ASE, l'Aide Sociale à l'Enfance. Ces enfants ont pour la plupart une histoire de vie difficile.

Mon travail à deux dimension. La première, la dimension du quotidien. Nous accompagnons les enfants au jour le jour, dans les moments du quotidien : le lever, les repas, la toilette, les devoirs, le coucher, en activité les mercredis et les week-end. Ces enfants vivent au sein de l'Institution. Même si certains rentrent chez leurs parents le week-end, la MECS est leur lieu de vie, et les éducateurs spécialisés sont là pour encadrer, s'occuper des enfants, garantir leur sécurité, leur bien-être, et leur épanouissement.

La deuxième dimension est à long terme : il existe diverses raisons qui conduisent au placement d'un enfant. La plupart du temps, la problématique est d'ordre systémique, familiale. Bien que la séparation de l'enfant et sa famille soit, à ce moment là, nécessaire, une telle séparation n'est pas naturelle.

Nous travaillons, dans la mesure du possible, au retour de l'enfant au sein de sa famille. Cela prend généralement plusieurs années. Les enfants ont donc tous un projet, construit pour 1 an, qui détaille les axes d'accompagnement que nous travaillerons tout au long de l'année : le comportement de l'enfant, son autonomie dans la vie quotidienne, l'axe médico-psychologique, l'axe des relations interpersonnelles, la socialisation, la scolarité, l'axe du travail avec les familles, entre autres. Mon travail consiste à mettre en œuvre au quotidien le projet d'accompagnement de l'enfant.

Attention : contrairement aux idées reçues, un Educateur Spécialisé ne travaille pas qu'avec des enfants ou des personnes en situation de handicap. Nous avons 3 grands champs d'intervention :
La Protection de l'Enfance : dans ce cadre, nous sommes amenés à travailler avec des 6-21ans, soit en Institution avec hébergement (comme la MECS), soit en milieu ouvert, c'est à dire dans un accueil de jour, ou au domicile des parents par exemple.

Le Handicap : dans ce cadre, nous sommes amenés à travailler avec des enfants ou des adultes en situation de handicap, qu'il soit d'ordre moteur, mental, sensoriel, cognitif... Ici aussi, nous pouvons travailler en hébergement ou en milieu ouvert. Les structures les pus connues sont l'IME (Institut Médico-Educatif) pour les enfants, les FAM et MAS (Foyers d'Accueil Médicalisé et Maisons d'Accueil Spécialisé) pour les adultes, et les SESSAD (Services d'Education Spéciale et de Soins A Domicile) pour le milieu ouvert par exemple.

L'Exclusion Sociale : ici aussi, que ce soit en hébergement ou en milieu ouvert, nous sommes amenés à accompagner des publics très divers : mineurs isolés, demandeurs d'asile, personnes souffrants d'addictions, personnes maltraitées, personnes incarcérées, sans-domiciles... toute personne en situation d'exclusion sociale.
La particularité de l'Educateur Spécialisé n'est pas d'être spécialisé dans un domaine, c'est d'être compétent pour travailler avec tout type de public.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants souhaitant suivre une formation à l'IRTESS ?

Tout d'abord, être travailleur social nécessite de défendre des valeurs fondamentales de tolérance, de respect, de solidarité.

Il faut aussi faire preuve d'une certaine maturité et d'un certain recul. Je vous conseille de vous confronter au terrain avant de tenter le concours : travailler avec des enfants en Centre Social ou en colonie de vacances par exemple; accompagner des séjours adaptés, c'est à dire des séjours de vacances pour personnes en situation de handicap.

De nombreuses associations de séjours adaptés forment puis embauchent des animateurs. Avoir été AVS constitue aussi une solide expérience professionnelle.

Le concours en lui même demande une certaine préparation. Il faut être au fait de l'actualité sociale, savoir faire une synthèse de document, une dissertation. Ne paniquez pas, le lycée vous a bien formé à cela. Néanmoins, il existe des prépas, dont l'une est proposé par l'Irtess, qui vous forme au concours. Notons que le concours d'ES, comme d'autres (EJE, ASS) nécessite d'avoir le Bac. D'autres, comme Moniteur Educateur, sont accessibles sans le bac.

Comme tout concours, il y a beaucoup d'appelés pour peu d'élu mais croyez moi, le jeu en vaut la chandelle.
Enfin, il ne faut pas baisser les bras si vous n'avez pas le concours du premier coup. A vrai dire, il est rare de l'avoir dès la première tentative. Comme tout concours, il y a beaucoup d'appelés pour peu d'élu mais croyez moi, le jeu en vaut la chandelle.

Notons que l'Irtess propose du multiples formations correspondant à des profils très variés. Aujourd'hui, je vous ai parlé du métier d'Educateur Spécialisé, mais l'Irtess forme aux métiers d'Assistant de Service Social, d'Educateur de Jeunes Enfants, de Moniteur Educateur, d'Aide Médico-Psychologique, d'Educateur Technique Spécialisé, de Moniteur d'Atelier, de Surveillant de Nuit, de Maitresse de Maison... J'en oublie surement énormément ! Toutes les informations sont sur le site de l'Irtess. De même, n'hésitez pas à vous renseigner au SIO de l'Université.

En conclusion, comme n'importe quelle personne passionnée par son métier, je suis persuadée de faire le plus beau métier du monde! J'espère avoir répondu à vos attentes, à vos questions; j'espère avoir suscité des vocations, et j'espère qu'un jour, vous serez mes futurs collèges de travail, quelque soit le métier du social que vous aurez choisis !

Télécharger la fiche PDF Éducateur spécialisé

En savoir plus sur l'IRTESS