‘’Un échange Erasmus est une expérience tellement intense qu'elle nous arrive une seule fois dans la vie…’’

l'université d'Innsbruck en Autriche L'université d'Innsbruck (Autriche) - Creative Commons l'université d'Innsbruck en Autriche

Laura Marquet, ancienne étudiante de l'uB était partie un semestre en échange Erasmus en 2013 à l'université d'Innsbruck en Autriche. Retour sur son expérience.

''Souvent on étudie et on parle d'Allemagne et moi je voulais découvrir l'Autriche. Je n'ai pas été déçue.''

''Pour être sélectionnée j'avais passé un entretien oral que je trouvais très facile : j'ai parlé avec mon professeur de langue pour lui présenter mes motivations. Une fois sur place le début a été dur : je ne comprenais pas l'accent autrichien, j'avais du mal à prendre des notes pendant les cours et certains professeurs ne faisaient pas d'efforts pour les étudiants Erasmus. C'était dur mais pas infaisable – j'ai persisté !

J'ai eu beaucoup d'aide de la part des étudiants locaux et les cours étaient consultables sur internet ce qui me facilitait la préparation aux examens. La plupart du temps j'étais en classe avec les étudiants autrichiens sauf en cours de droit européen où il y avait d'autres étudiants Erasmus. J'ai passé tous mes examens à l'oral et j'ai tout validé sauf le Droit du travail, une matière particulièrement difficile. Le professeur a d'ailleurs contribué à mon échec mais cela ne m'a pas empêchée de valider mon année car le but de ces échanges est de nous inciter à partir à l'étranger et non pas de nous pénaliser quand on rencontre un souci. Bien souvent les professeurs nous surnotent pour nous encourager.''

Vie étudiante

''Il est vrai que je passais beaucoup plus de temps avec les autres étudiants Erasmus. Je sais que c'est une faute mais il y avait une réciprocité entre nous et un autre rythme de vie. Une autre erreur : j'ai beaucoup parlé français car j'ai rencontré beaucoup d'étudiants Erasmus français. Mais j'ai quand même bien progressé en allemand. Après mon séjour à Innsbruck j'ai obtenu le niveau B2. Depuis mon retour en France malheureusement je parle beaucoup moins allemand et j'ai sans doute dû régresser.

En ce qui concerne les aides financières j'ai bénéficié de la bourse Erasmus et j'ai également eu droit à la bourse de mobilité du Conseil régional ainsi qu'à l'aide ministérielle à la mobilité internationale. Les aides financières sont vraiment importantes car on a beaucoup de dépenses mais j'ai tout de même pu profiter de mon séjour pour aller skier à plusieurs reprises et visiter d'autres villes dans la région: Prague, Vienne, Salzburg.

Sur le plan administratif, tout était bien organisé – je me suis inscrite en ligne sur le site de l'université d'accueil, j'ai choisi mes cours, j'ai même reçu des conseils de professeurs concernant mes choix. J'ai pu réserver ma chambre universitaire lors de mon inscription en ligne. En général on était vraiment bien informé - on recevait les informations par e-mail après c'était à nous de faire les démarches. Le système ressemble beaucoup à celui de la France.''

Les gens et la ville d'Innsbruck

''La ville est très belle – on y trouve tout ce que j'aime : la montagne, un fleuve, une belle nature... Les Autrichiens sont beaucoup plus ''droits'', c'est très sécurisant. La police a une grande autorité. Les gens respectent tout – nous on traverse au rouge mais chez eux ça ne se fait pas. Je me sentais vraiment en sécurité. Souvent je rentrais seule la nuit à pied même en bord de périphérie et je n'ai jamais eu peur. Leur mode de vie est très ''sport'' : pour eux prendre le vélo est naturel. Toutes les structures sont adaptées pour faire du vélo. Moi-même j'allais à la fac à vélo en longeant le fleuve.

Mon endroit préféré était la place Marktplatz depuis laquelle on peut voir une des rues les plus connues de la ville avec des petites maisons colorées et le fleuve qui traverse la ville. Tout le centre-ville est beau, la périphérie l'est également ainsi que le lac.

En ce qui concerne les habitudes culinaires ils mangent beaucoup de viande et très peu de légumes. Nous y trouvons plein de spécialités spécifiques de montagne comme le Schnitzel - escalope de porc pannée. J'ai aussi bien aimé le Sachertorte – le gâteau au chocolat.''

Projets pour le futur ?

''Je voudrais préparer l'examen d'entrée à l'École d'avocat. Ça me tenterait de partir de nouveau à l'étranger. Mon séjour Erasmus m'a vraiment marqué. Les étudiants qui ont des doutes devraient absolument partir. Il ne faut pas hésiter – on est tous anxieux et on a peur avant de partir. En 1ere année je me suis dit que je n'allais jamais partir en Erasmus car c'est trop long. On se demande si on va tenir plusieurs mois sans voir notre famille mais une fois sur place on n'a pas une minute pour s'ennuyer ou pour penser aux questions qu'on se posait avant de partir. Un séjour à l'étranger est une expérience tellement intense qu'elle nous arrive peut-être qu'une seule fois dans la vie, alors il faut y aller !''

Deux ans après

''Je suis actuellement en master 2 Droit des contentieux à Strasbourg. Depuis le mois de février, je prépare également l'examen d'entrée à l'École d'avocat auprès de l'IEJ de Strasbourg. J'ai donc toujours pour objectif de devenir avocate. Je n'ai pas eu l'occasion de retourner à Innsbruck ou d'effectuer d'autres séjours à l'étranger car je préfère me consacrer à mon cursus actuel, mais c'est avec regret ! Je garde d'excellents contacts avec certaines personnes que j'ai rencontrées au cours de mon séjour Erasmus. Je continue d'encourager les étudiants à "sauter le pas" et à découvrir cette expérience formidable qu'est un séjour à l'étranger. J'ai plusieurs amis qui sont également partis en Erasmus, nous sommes unanimes : c'est une expérience unique et exceptionnelle. N'hésitez pas ! Comme tous mes amis, ce que j'ai ressenti à mon retour en France, c'est uniquement de la nostalgie : c'était tellement bien ! ''

 

Plus d'information :
Postulez pour partir étudier à l'étranger dans le cadre d'un échange.

 

PRI petit logo erasmus   Le programme Erasmus+ est cofinancé par l'Union européenne.