x

Université de Bourgogne

Guide numérique sur le Campus

Puis-je vous aider ?

Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
  • Français
  • English

Témoignages des étudiants de l’UFR SVTE

Plusieurs étudiants partis à l’étranger en échange ou en stage durant leur parcours à l’UFR Sciences vie terre environnement partagent leurs expériences de la mobilité internationale.

Sophie, partie en échange à Sherbrooke au Canada en 2018/2019 durant sa L3 BBM

« L’Université de Sherbrooke est un très grand campus qui regroupe différentes facultés telles que la faculté de sciences, de génie civil, de droit, de gestion ou encore de lettres et de musique. Chaque faculté est reliée par des souterrains, ce qui est très pratique lorsqu’il commence à faire trop froid !

Concernant la faculté de sciences, la plupart des cours sont en classe et non en amphithéâtre, avec des classes allant de 20 à 30 élèves. En tant qu’étudiants internationaux, nous pouvons choisir nos matières (tant qu’elles sont équivalentes à nos matières françaises). C’est un réel avantage, cela m’a permis de découvrir des matières qui ne m’étaient pas proposées en France, mais aussi de choisir des matières qui me plaisaient.

Sherbrooke est une très belle ville étudiante, les transports sont gratuits pour les élèves de l’Université de Sherbrooke ce qui nous permet de la découvrir sans contrainte. Le centre-ville est chaleureux, et cette ville est extrêmement sécurisante. Les Québécois sont réellement gentils, ce n’est pas un mythe ! Située à environ 1h30 de Montréal et 2h de la ville de Québec, c’est l’entre deux parfait si on ne veut pas avoir la folie des grandes villes. Les Québécois utilisent beaucoup AmigoExpress (l’équivalent de Blablacar), on peut donc aller à Montréal pour le weekend pour seulement 10$CAD, soit environ 7€.

Cet échange a été très bénéfique pour moi, autant sur le plan professionnel que personnel. Il m’a permis de devenir plus indépendante, d’acquérir une ouverture d’esprit et un nouveau regard sur le monde. Professionnellement, découvrir de nouvelles méthodes de travail est intéressant, et cela m’a permis de préciser et confirmer mon projet professionnel. »

Laetitia, partie en échange Erasmus à Liège en Belgique en 2018/2019 durant sa L3 BCP

« Malgré l’écoute des professeurs et les cours diversifiés, ma seule envie était de passer à autre chose et pouvoir avancer et c’est là que mon chemin a croisé Erasmus. Directement cela a été pour moi l’opportunité d’avoir une seconde chance de pouvoir s’épanouir et grâce aux soutiens des professeurs j’ai ainsi pu intégrer l’Université de Liège en Belgique.

On pourrait se demander Pourquoi la Belgique ?  ou se dire Ce n’est pas un grand programme d’échange à Liège. J’ai d’abord été attirée par la Belgique par sa situation géographique plutôt intéressante : être à la fois près de l’Allemagne, des Pays Bas, de l’Angleterre, du Luxembourg. De plus je voulais faire une expérience test pas trop éloignée pour voir si dans le futur je pourrais vivre dans un autre environnement. Enfin la réputation de l’Université de Liège et de son équipe Erasmus m’a d’autant plus convaincue. Je ne regrette absolument rien !

C’est une véritable immersion dans une culture absolument différente de la France, un folklore exceptionnel et une sympathie impressionnante des Liégeois. Dès mon arrivée j’ai été très bien accueillie par les équipes Erasmus et relations internationales qui ont eu une écoute bienveillante.

J’ai pu rencontrer beaucoup d’étudiants de nationalités variées : Italiens, Espagnols, Allemands, Canadiens, Cambodgiens, Américains… J’ai eu la chance de pouvoir rencontrer toutes ces personnes aux divers événements organisés par l’association Erasmus Student Network (ESN).

Concernant mes cours, j’ai pu adapter mon programme en fonction de mes affinités. J’ai eu la chance de pouvoir assister à des cours qui ne sont pas présents en France.

Le seul petit point négatif serait peut-être la météo belge : un micro climat ! »

Pauline, partie en stage à Utrecht aux Pays-Bas en 2018 durant son M1 BBM

  • Étude de l’impact de 3 souches bénéfiques de Pseudomonas sur Arabidopsis thaliana et lien entre l’activation de la réponse à la carence en fer et défenses (Equipe IPM).

Inconvénients :

  • temps de préparation des dossiers de bourse ;
  • préparation au départ : se loger (pas facile au Pays-Bas et très chèr), transport…

Avantages :

  • nombreuses bourses disponibles (Éole, Dynastage, Erasmus+) ;
  • expériences inédites : j’ai assisté à une thèse, découverte d’une nouvelle ville, nouvelle culture, nouveaux amis, pratique de l’anglais sur le terrain…

Hélène, partie en échange Erasmus à l’Université Høgskolen i Innlandet en Norvège pendant sa L3 BBM en 2017/2018

« Le programme d’études à l’université norvégienne est intitulé Biotechnologies et nous avons eu 6 cours :

  • Biologie moléculaire ;
  • Biochimie ;
  • Technologies des bio procédés ;
  • Génétique ;
  • Industrie biotechnologique ;
  • laboratoire Biologie moléculaire et biochimie ressemblant à l’UE Biochimie en licence 2 (semestre 4) à l’uB.

Ma promo était très réduite : 5 étudiants contrairement à 10-15 en temps normal. Cela nous a permis de beaucoup interagir avec les professeurs.

Nous avions seulement 1 à 2 cours par jour. Si un cours était de 9h à 11h, on commençait à 9h15, ensuite on avait une pause de 10h à 10h15 et on finissait à 11h.

Il ne fallait cependant pas se reposer – nous voyions beaucoup de choses en 1 cours. Le programme est conçu pour résumer la base de la biologie (l’équivalent de la licence) en 1 an. Ils estiment que l’on maîtrise au moins la moitié des sujets vus et on apprend surtout à pratiquer l’anglais scientifique. Nous avions cependant beaucoup de lectures en anglais à préparer en amont du cours. La progression en anglais était fulgurante !

Concernant la vie sociale, les Norvégiens sont des personnes relativement calmes qui priment le bien-être avant l’efficacité. La politesse, le savoir-vivre et l’égalité sont notamment des valeurs fondamentales de la société. Les supermarchés sont ouverts de 7h à 23h la semaine, pour s’adapter à toutes situations professionnelles, ce qui est un bon exemple de leur quête de bien-être.

Attention néanmoins, ils respectent vraiment leur législation – si vous n’avez pas 20 ans, l’accès aux bars vous est interdit et il est impossible de passer outre. En dehors de cela, ils parlent anglais couramment, le dialogue est facile et l’accent est faible.

La vie est très chère, il faut prévoir un budget de 1.000 à 1.200 euros par mois pour pouvoir vivre correctement, et pouvoir voyager un peu. »

Audrey, partie en échange Erasmus+ à TromsØ en Norvège en 2016/2017

« J’ai choisi d’effectuer mon deuxième semestre de master 1 BBM dans l’université norvégienne The Arctic University of Norway. Cette expérience m’a beaucoup apporté tant du point de vue académique que personnel. En effet, le fait de partir m’a permis d’améliorer mon anglais mais aussi de découvrir un nouveau pays et donc une nouvelle culture.

Les Norvégiens sont très accueillants ! Beaucoup de sorties sont organisées avec les étudiants internationaux et il y a une bonne ambiance. En dehors des cours, j’ai pu faire la connaissance de personnes de diverses nationalités. La ville est absolument magnifique avec de très beaux paysages. Je conseille vivement de partir à l’étranger, c’est vraiment une expérience inoubliable que je ne regrette absolument pas! »

  Le programme Erasmus+ est cofinancé par l’Union européenne.

Consultez également l’interview de Laurent ainsi que les reportages photos d’Alexandre (paragraphe Norvège), Justin (paragraphe Royaume-Uni) et Anastasia (paragraphe Suisse).

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:2:"kc";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:
extrait:
lien_externe:

Log In

Create an account